refus promotion à employé

Comment refuser une promotion à un employé avec tact (exemples)

En tant que manager, il est parfois obligatoire d’annoncer des choses négatives aux salariés.

En effet, un manager n’est pas une personne qui doit toujours dire « oui », même si cela est beaucoup plus simple que de dire « non ».

C’est notamment le cas lors du refus d’une promotion. Nous allons voir de quelle manière il est le plus pertinent de procéder.

De quelle manière refuser une promotion à un employé ?

Selon le tempérament qui est le vôtre, vous aurez peut-être du mal à affronter une personne en face à face pour lui annoncer que vous n’accédez pas à sa volonté de promotion.

Dans cette hypothèse vous avez la possibilité de lui envoyer un courrier officiel (je vous déconseille vivement le mail qui est une méthode un peu cavalière pour ce genre de situation).

Il n’en reste pas moins que je vous invite à faire preuve de courage et à affronter la situation.

Vous pouvez vous faire assister si cela vous rassure, mais je pense très sincèrement qu’un manager doit être courageux et que nous sommes ici à une phase qui demande de l’être.

Ne vous inquiétez pas, si vos arguments sont équitables, légitimes et surtout bien préparés cela se passera de la meilleure des manières.

Ceci même si cela ne vous met pas à l’abri de la mauvaise foi de certaines personnes, qui peut parfois être déstabilisante.

Quelles sont les raisons de refuser une promotion ?

Il est évident que toutes les promotions ne peuvent pas être accordées aux salariés ou aux agents de la fonction publique, même si ceux-ci pensent que cette évolution de carrière est tout à fait normale.

Pour quelles raisons est-il donc possible d’émettre un avis défavorable à un avancement ?

1. La personne ne possède pas les qualités professionnelles nécessaires

Il peut souvent arriver qu’une personne demande une promotion, alors qu’elle ne possède pas les compétences ou la technicité suffisantes pour le tenir.

Dans ce cas-là, il est absolument indispensable de donner les raisons à la personne.

Il peut s’agir d’un manque de formation sur certaines techniques « je pense que tu dois encore approfondir ta pratique dans l’élaboration des desserts », ou simplement d’un manque d’expérience « il y a encore un grand nombre de situations que tu n’as pas affrontées pour pouvoir devenir responsable de l’équipe ».

L’important ici est d’être très factuel et d’énoncer des faits qui sont totalement incontestables.

2. La personne ne possède pas les qualités humaines nécessaires

Selon les postes, un certain nombre de savoirs-être sont nécessaires.

Il peut s’agir de prise de recul, d’empathie, de patience par exemple.

Ainsi, il est tout à fait envisageable de dire à une personne : « je pense que vous n’avez pas encore assez de prise de recul sur certains évènements pour vous voir confier ce poste de directeur des ressources humaines ».

3. Le poste a déjà été promis à une autre personne

Il peut aussi arriver parfois que le poste convoité ait déjà été promis à une autre personne. Dans cette hypothèse, il semble tout à fait pertinent de faire preuve d’honnêteté et de transparence.

Si la nomination est légitime, vous pouvez en expliquer les motivations :

« Madame Dupont a été pressentie pour le poste en raison de son ancienneté dans notre entreprise et de son expérience plus importante dans la conduite des équipes et la construction d’un budget important ».

Si la décision n’est pas forcément légitime, vous pouvez toujours dire que la décision a été prise et qu’il n’est plus possible de revenir dessus.

La personne risque de mal prendre la chose, mais charge à vous de la rassurer en lui promettant que sa candidature sera étudiée avec la plus grande des attentions lorsqu’une occasion se présentera.

4. Il n’y a aucun poste qui n’existe pour une promotion

S’il n’existe aucun poste pour une promotion possible, la réponse sera très facile à donner à la personne.

Vous pouvez néanmoins lui donner des orientations à prendre ou des conseils pour mettre en place les choses nécessaires pour avoir toutes les chances de son côté lorsque l’occasion se présentera.

Comment réagir face aux arguments contraires du salarié ?

Lorsque l’on va avoir un entretien quel qu’il soit, il est important de passer du temps à le préparer de la manière la plus minutieuse et la plus complète possible.

Ceci est d’autant plus indispensable lorsqu’il s’agit d’annoncer une mauvaise nouvelle ou tout du moins pas la nouvelle que la personne souhaiterait entendre.

Je vous invite donc à bien prendre le temps de noter bien en amont toutes les réactions imaginables et tous les arguments que vous pensez que la personne va vous énoncer.

En effectuant ce travail, idéalement la veille de l’entretien, vous vous donnez les meilleures armes pour ne pas vous mettre en difficulté.

Face à tous les arguments supposés de la personne, notez ce que vous pouvez répondre pour ne pas être mis en difficulté. De cette manière, vous arriverez particulièrement sûr de vous et de vos arguments et cela se passera sans encombre.

La préparation d’un entretien quel qu’en soit l’objet, est la base de la réussite, ne pariez pas sur votre talent, cela risque d’être trop aléatoire.

Le manager doit-il dire la vérité ?

Un bon manager doit faire preuve de courage, mais il doit aussi faire preuve de la plus grande des honnêtetés possibles.

En effet, quel que soit le motif du refus de la promotion, il est essentiel de dire la vérité à la personne que l’on a en face de soi.

De toute manière, croyez-moi, si vous tentez de mentir cela se retournera contre vous tôt ou tard.

Même si les choses ne sont pas plaisantes à dire, ni plaisantes à entendre, il est nécessaire qu’elles soient dites.

Aussi, si les compétences ou la formation de la personne sont insuffisantes dites le lui.

Et surtout, commencez à réfléchir ensemble à la manière de faire évoluer les choses que ce soit dans le cadre de formation ou d’un management différent en interne.

Il en est de même si certains savoirs-être doivent être améliorés. La personne sera sans doute en colère au début, mais il est fort à parier qu’à terme elle vous remerciera d’avoir fait preuve d’honnêteté avec elle.

Enfin, si aucun poste n’existe aujourd’hui, vous ne devez pas lui faire miroiter un avenir plus radieux si tel n’est pas le cas.

De toute manière, évitez absolument pour la rassurer ou pour vous sentir mieux de lui faire des promesses qu’il ne vous serait absolument pas possible de tenir. Il est préférable d’être mal à l’aise à court terme que de porter le poids d’une promesse que l’on ne pourra absolument pas tenir, pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois.

Comment le faire de façon positive ?

L’idéal est de parvenir à apporter une réponse négative en essayant qu’elle ne le soit pas trop.

1. Lui montrer la difficulté du poste

Une bonne idée pour refuser une promotion avec tact, consiste à démontrer à la personne que le poste est très difficile ou sans adéquation avec son profil et que finalement lui accorder la promotion serait un cadeau empoisonné.

2. Lui assurer que d’autres postes lui conviendraient mieux

De ce fait, il faut lui démontrer qu’en fonction de ses qualités, de ses compétences ou de son expérience un autre poste lui permettra de davantage s’épanouir.

En opérant de la sorte, on transforme ce qui aurait pu être une mauvaise nouvelle en quelque chose de positif.

3. Lui donner les moyens de réussir une prochaine fois

Enfin, il convient de réfléchir aux outils à mettre en place et à acquérir pour que la prochaine promotion dans l’entreprise soit une opportunité.

De la sorte, celle-ci sera de manière totalement naturelle attribuée à la personne qui finalement sortira de l’entretien revigorée et parfaitement optimiste.

Articles similaires :

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Note moyenne : 5 / 5. Votants : 1

Aucun vote pour le moment

Retour haut de page